Chien sociopathe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chien sociopathe

Message  MARMARA le Jeu 26 Mar - 5:52

Les chiens présentent les trois types d’agression caractéristiques (hiérarchique, par irritation et territoriale). Ils luttent pour confirmer et affirmer leur dominance.

Voir le sujet :
http://lacompani.forumactif.com/conseils-et-aides-f18/l-agression-du-chien-t124.htm

Toutes les séquences d’agression ont été instrumentalisées par l'humain la plupart du temps par incompréhension de langage.
Avec le temps, on assiste tout d’abord à une atténuation puis à une disparition totale de la phase d’apaisement. Ensuite, il s’agit de la phase d’intimidation (grognements) qui disparaît, tandis que l’intensité de la morsure n’est plus contrôlée. L’instrumentalisation, caractéristique de ce stade, est rendue possible par les victoires successives du chien. Le recul, la soumission des maîtres interviennent comme des renforcements positifs qui vont fixer les altérations des séquences d’agression. Les deux indices augmentent mais leur rapport est rétabli. La plupart des sociopathies non traitées évoluent au stade d’hyper-agressivité secondaire sous l’effet de ce processus.

Les thérapies comportementales :
Ces thérapies se basent sur deux concepts majeurs.
D’une part, il s’agit d’utiliser les capacités d’apprentissage naturelles du chien en effectuant un renforcement positif ou négatif du comportement désiré ou en punissant un acte non voulu.
Le renforcement positif consiste à récompenser l’animal lorsqu’il produit le comportement souhaité (par une friandise, une caresse...).
Les renforcements négatifs sont obtenus en évitant à l’animal une situation désagréable. C’est le cas, quand on lui apprend à accepter un lieu pour dormir : on le reprend sans cesse chaque fois qu’il se couche ailleurs, et au contraire on le laisse tranquille s’il choisit le lieu désigné. Ici la satisfaction est indirecte. Ainsi, le propriétaire parlera un langage social qui lui permettra de reprendre son chien en main.
Le deuxième concept est appelé régression sociale dirigée. Cette méthode a pour but de modifier la façon dont le chien perçoit son statut. Le comportementaliste va apprendre à la famille comment se comporter dans les différents secteurs de la vie quotidienne qui ont une signification hiérarchique. Les conseils relatifs à cette thérapie ont pour objet de contrarier la dominance de l’animal puis de l’inverser. Le propriétaire doit commencer par marquer la hiérarchie alimentaire, c’est-à-dire que le chien doit manger lorsque ses maîtres ont terminer leur repas. Ensuite ils doivent interdire l’entrée de leur chambre. De même, il faudra toujours lui passer devant, lui interdire de venir accueillir les gens que l’on reçoit et n’accepter aucune posture de dominance.
Ainsi, le système homme-chien peut être modifié. L’animal reprenant une position de soumis ne présente plus d’agression de dominance. Chaque fois qu’il tentera de s’élever dans la hiérarchie familiale, il sera remis à sa place par ses maîtres. Tous les signaux perçus par le chien lui signifient alors son rang social l’amenant à avoir un statut stable non anxiogène.

Les thérapies chimiques :
Au stade d’hyper-agressivité secondaire, elle devient obligatoire. En effet, du fait de l’altération des séquences agressives et de la perte de contrôle de la morsure, l’animal est particulièrement dangereux. Le vétérinaire prescrira divers médicaments dans le but de diminuer le passage à la phase de morsure. Parmi ces médicaments, il existe des neuroleptiques qui permettent de réduire les états d’excitation, d’agitation et d’agression. Différents psychotropes peuvent aussi diminuer la tension nerveuse, l’anxiété, les réactions émotionnelles. Il ne faut cependant pas supprimer totalement les phases d’agression. En effet, bien que cela soit possible, le traitement utilisé inhiberait les capacités d’apprentissage du chien et rendrait la thérapie comportementale inopérante. De plus, un tel traitement démobilise les propriétaires qui ne voient plus la nécessité de modifier le comportement de leur chien "assagit" par les drogues.

De plus en plus de problèmes de comportement du chien sont pris en compte en tant que tels par les vétérinaires et les comportementalistes.
Dans notre société occidentale, les relations homme-chien subissent depuis quelques années une mutation : le chien est sorti de son rôle d'animal domestique pour être placé dans une position de remplacement d'individu humain. Cette redéfinition de son statut du chien ouvre la voie à de nombreux problèmes dont les sociopathies sont le reflet.

Le chien, animal issu de la sélection naturelle puis de la domestication, n'est pas adapté pour la place affective qui lui est de plus en plus attribuée. C'est pourquoi les vétérinaires et comportementalistes doivent prendre en compte toute une partie de la psychologie des maîtres pour parvenir à traiter les sociopathies. Les vétérinaires et comportementalistes doivent être très attentifs lors des problèmes de comportement. En effet, un chien au stade réactionnel mal traité pourra passer au stade d'hyper-agressivité secondaire et être dangereux pour l'entourage et les passants...
avatar
MARMARA
Admin
Admin

Féminin
Bélier Coq
Nombre de messages : 11537
Date de naissance : 16/04/1957
Age : 60
Localisation : Six Fours Les Plages (83)
Emploi/loisirs : Artiste et Comportementaliste
Humeur : Utopiste
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum