Syndrome du chat téteur ou suceur de laine

Aller en bas

Syndrome du chat téteur ou suceur de laine

Message  MARMARA le Mar 12 Jan - 15:39

Syndrome du chat téteur ou suceur de laine

Au début, vous trouviez plutôt mignonne sa manie de venir dans votre cou et de téter votre peau ou vos vêtements, mais avec le temps, c’est devenu une véritable obsession : votre FidelAmi félin s’accroche à vous ou suce tous les tissus qu’il trouve, avec une prédilection pour ceux à base de laine (d’où l’appelation anglo-saxonne de ce comportement : wool sucking syndrome, littéralement syndrome des suceurs de laine).

Persistance du comportement de tétée :
Lors du développement normal du chaton, le comportement infantile de tétée disparaît généralement avant l’âge de 6 mois. Chez certains chats, ce comportement persiste à l’âge adulte. Ils cherchent un contact étroit avec leur maître et tètent la peau de son cou, le lobe de ses oreilles, voire ses cheveux. Ce comportement s’accompagne d’une hypersalivation et d’un pétrissage avec les pattes qui évoque le comportement du chaton qui pétrit la mamelle de sa mère lors de l’allaitement. Différentes hypothèses sont évoquées. Une malnutrition sévère et des carences nutritionnelles chez la maman chatte lors de la gestation et de l’allaitement, ou chez les chatons au début du sevrage, pourraient modifier l’architecture cérébrale et la mise en place des comportements essentiels, mais cette cause est très rare de nos jours. On rencontre aussi ce comportement chez les chatons élevés au biberon ou adoptés très jeunes. Dans certains cas, cet attachement excessif (syndrome d’hyperattachement) peut conduire à la dépression en cas de séparation.

Wool sucking syndrome :
Il fait partie des troubles du comportement alimentaire appelés « pica », c’est-à-dire la consommation anormale d’éléments non nutritifs.
Les chats présentant ce syndrome sucent, mâchonnent avec les molaires, voire ingèrent la laine ou d’autres matériaux comme le Nylon, le coton, le caoutchouc, les fils électriques...
Ils seraient attirés par les odeurs de lanoline ou rechercheraient l’odeur de leur maître (transpiration) sur ses vêtements. Les chats orientaux (siamois, burmese) présenteraient une prédisposition génétique à ce comportement, comparable aux troubles obsessionnels compulsifs (TOC) de l’homme. Mais il se rencontre aussi chez les chats européens et peut constituer une activité de substitution lors d’anxiété permanente, de dépression chronique ou de dépression d’involution (trouble comportemental du chat âgé).
Ce comportement doit être pris au sérieux, car il peut conduire à des occlusions gastro-intestinales, dont les gravissimes occlusions liées à des fils, ficelles, pelotons de laine, franges de rideau par exemple, de pronostic souvent dramatique.

Les premières mesures que vous pouvez prendre sont bien sûr de limiter l’accès aux tissus et aussi de veiller à l’équilibre nutritionnel de la ration alimentaire, ainsi qu’à la distribution d’un nombre suffisant de repas.
Mais il est indispensable de consulter votre vétérinaire, qui, s’il diagnostique une anxiété ou une dépression, pourra prescrire un traitement médicamenteux qui contribuera à restaurer le bien-être de votre 4 pattes.
avatar
MARMARA
Admin
Admin

Féminin
Bélier Coq
Nombre de messages : 11739
Date de naissance : 16/04/1957
Age : 61
Localisation : Six Fours Les Plages (83)
Emploi/loisirs : Artiste et Comportementaliste
Humeur : Utopiste
Date d'inscription : 11/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum